Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche

L’amplitude des reliefs

publié le 13 novembre 2014 (modifié le 15 décembre 2014)
IMG/jpg/amplitude-des-reliefs.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Carte schématisée des reliefs des Yvelines. La vaste plateforme structurale de la Beauce s’élève progressivement du sud au nord pour culminer à 170-180 m d’altitude, au point même où elle rencontre l’axe bas que forme la vallée de la Seine, à 25-15m d’altitude. Cette rencontre s’opère dans les Yvelines ; elle occasionne une belle amplitude de reliefs qui explique en partie l’attractivité des paysages du département.

Les reliefs des Yvelines sont plus marqués qu’ailleurs, grâce à la rencontre qui s’opère entre le haut plateau de Beauce-Hurepoix au sud du département (la plus haute plateforme structurale du centre du Bassin parisien, à 170-180m d’altitude), et la basse vallée de la Seine au nord, à 25/15 m d’altitude. Cette amplitude a donné lieu à des paysages au caractère affirmé, avec une diversité de formes qui anime les paysages et les fait échapper à la monotonie des vastes plaines et plateaux des régions et départements voisins (Beauce, Brie, Picardie, Haute-Normandie etc). Des vallées profondes découpent le Hurepoix, partie nord-est du plateau de Beauce : vallées de la Bièvre, de l’Yvette, de la Rémarde et de leurs affluents ; les plaines, plateaux et vallées intermédiaires, qui se succèdent entre le haut plateau de Beauce et la basse vallée de la Seine, assurent des variations dominées par l’omniprésence des horizons boisés : plaine de Houdan, plateau du Mantois, plaine de Versailles, plateau des Alluets-Marly, vallée de la Mauldre, vallée de la Vaucouleurs ; au nord, on retrouve cette amplitude des reliefs dans le Vexin Français, dont les hautes buttes boisées, ultimes témoins septentrionaux de la plateforme Beauceronne individualisés par l’érosion, dominent de toute leur hauteur la vallée de la Seine, et laissent s’épanouir des replats intermédiaires cultivés et des vallées intimes affluentes du fleuve. L’omniprésence des coteaux, qui se déroulent à travers tout le département pour faire la couture entre ces plateaux, plaines et vallées, contribue puissamment à l’attractivité paysagère du département, par la position confortable qu’ils offrent en appui sur les massifs boisés, et par les ouvertures visuelles qu’ils proposent sur le grand paysage : on mesure cette attractivité à la multitudes de demeures royales et bourgeoises de villégiature qui s’y sont implantés, et aux kilomètres de sentiers de randonnées suivant ces rebords.