Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche

L’eau des champs captants … et des stations d’épuration

publié le 8 janvier 2015

"Pour le développement de la plaine d'Achères, on essaie de porter une attention nouvelle à l’interface avec le reste de la ville, à la dimension paysagère : avoir un port sur la Seine qui permette une continuité et des valorisations, avoir peut-être même une dimension pédagogico-touristique en ce qui concerne le fleuve. "

Jean-Christophe RIGAL
IMG/jpg/yv-fdt-3-perimetre-protection-captage.jpg

Carte du périmètre de protection des captages dans les Yvelines (source : Agence de l’eau Seine-Normandie).

IMG/jpg/yv-2-087-088.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

La zone de captage, étendue à l’ouest des Mureaux, l’une des plus importantes des Yvelines.

Les Yvelines bénéficient d’une abondante ressource de nappe, au point que 82% des habitants sont alimentés par de l’eau souterraine. Les 208 captages sont organisés en champs captants, dont les deux principaux sont ceux de Croissy-le-Pecq (environ 40 forages alimentant 1 million d’habitants) et de Flins-Aubergenville (environ 30 forages pour 350 000 habitants).

IMG/jpg/yv-fdt-3-plan-ecoplaine-acheres.jpg

Le plan directeur d’urbanisme, d’environnement et de paysage du site Seine aval (plaine d’Achères) (source : SIAAP).

Aux 103 stations d’épuration présentes dans les Yvelines, s’ajoute la gigantesque station du SIAAP (syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne) à Achères, la plus importante usine d’épuration d’Europe, 2e au niveau mondial après celle de Chicago.

La station d’épuration d’Achères et les paysages : en savoir plus
Créée en 1940, elle traite les eaux usées parisiennes à hauteur de 1,7 millions de m3 d’eau par jour. Elle occupe 1 200 ha sur les bords de Seine de la boucle de Saint-Germain-en-Laye, mettant en valeur ses espaces au travers de son plan directeur d’urbanisme, d’environnement et de paysage, suite à l’abandon de la politique du « tout-à-Achères » dans les années 1990 : aménagement du Parc Albert Marquet (45 ha, 2007), berges, nettoyées, stabilisées et revégétalisées en 2006, …