Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche

3 - Un fleuve majestueux

publié le 31 mars 2014 (modifié le 23 mars 2017)

"J'ai sensibilisé tous mes élus à la Seine, car les générations qui nous ont précédés, et même qui m'ont tout juste précédé, sont des générations qui ont en tout temps tourné le dos à la Seine. Loin de voir dans la Seine un atout extraordinaire en termes d'identification et comme facteur de développement, ils voyaient l'empêcheur de tourner en rond. Et moi j'ai été très marqué par la génération qui m'a précédée quand ils ont tous débattu des PPRI en disant "quel malheur que d'avoir la Seine!". Or aujourd'hui, je cherche à m'approprier la Seine en tant que vecteur incontournable de l'identité des Yvelines, et c'est la raison pour laquelle j'ai lancé il y a un an un plan de traversées avec des passerelles pour joindre la rive droite à la rive gauche dans des endroits aussi sensibles que le Mantois, la région de Poissy, la région d'Andrésy et la région des Mureaux."

Alain SCHMITZ, Conseiller général des Yvelines.
IMG/jpg/yv-14-110.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

La Seine à Triel-sur-Seine : un paysage majestueux grâce à l’ampleur offerte par les coteaux, qui délimitent la vallée ; mais aussi un paysage d’aspect préservé grâce à l’écrin boisé qui accompagne l’eau.

La vallée de la Seine, qui occupe toute la frange nord du département, compose d’étonnants paysages au fil de son cours sinueux. On aurait pu croire ses paysages menacés par l’urbanisation et l’industrialisation, or ses méandres recèlent des ambiances, arborées et calmes, attractives pour l’habitat et les loisirs.

IMG/jpg/15-016-situation-photo.jpg
Source : IGN

La Seine, un paysage d’évasion jusqu’au cœur des étendues les plus urbanisées (Bougival)

Dans sa partie amont la plus proche de Paris, l’urbanisation quasiment continue reste globalement assez discrète, enfouie dans les frondaisons qui accompagnent les berges et les coteaux. Sauf exception, les paysages de la Seine y sont verts et calmes, et la Seine joue, au moins en termes d’image, son rôle d’espace d’évasion au cœur du Grand Paris urbain.

IMG/jpg/yv-2-052-053.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Promenade en bord de Seine aux Mureaux

Dans sa partie médiane, de Meulan/les Mureaux à Mantes-la-Jolie/Limay, les bords de Seine sont souvent accompagnés de circulations douces et ces séquences présentent de très belles ambiances, en milieu urbain comme aux Mureaux ou en milieu naturel comme autour du "bras du Giboin", ancien bras de Seine à Aubergenville.
Sur cette séquence, le paysage plus large de la vallée se fait plus hétérogène et complexe : il s’élargit, à la faveur de l’éloignement des coteaux alternativement en rive gauche (Les Mureaux-Epône) puis en rive droite (Gargenville-Limay) ; l’urbanisation devient moins continue et la composante agricole s’invite dans le paysage fluvial, dans la plaine comme sur quelques arpents de coteaux ; les villes voient leurs silhouettes marquées par les grands ensembles, comme aux Mureaux et à Mantes-la-Jolie ; les grandes implantations industrielles sont présentes, marquées par certains « phares » comme les cheminées de la centrale thermique de Porcheville.

IMG/jpg/yv-3-285.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Un paysage majeur de la vallée de la Seine, la boucle de Moisson, aux marges des Yvelines et du Val d’Oise.

Dans sa partie aval, les boucles de Guernes, Moisson et Bennecourt composent de tout autre paysage, d’aspect globalement « naturel » et préservé, grâce aux forêts et espaces agricoles qui dominent largement. Effectués par endroits sur d’anciennes emprises de carrières alluvionnaires, les zonages d’inventaires et les dispositions de protections réglementaires s’accumulent, témoignant de la valeur écologique et paysagère de ces confins de la région : sites classés et inscrits, Parc Naturel Régional du Vexin, zones Natura 2000, Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique (ZNIEFF), Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (ZICO).

IMG/jpg/yv-3-256-recadre.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Dans son parcours à travers les Yvelines, la Seine voit ses rives ponctuées de monumentales implantations industrielles, qui contrastent puissamment avec l'environnement vert et arboré de la vallée. Ici l'aciérie de Bonnières-sur-Seine, vue depuis le pont de franchissement du fleuve.

Au fil de son parcours, la Seine a attiré à elle des implantations industrielles monumentales, héritées notamment du XXe siècle. Ces monuments marquent le paysage de la vallée, par leurs silhouettes ou leurs emprises hors du commun, présences devenues familières aux yeux des Yvelinois, "marqueurs" d’activité et d’emploi : usine des eaux à Croissy-sur-Seine, station d’épuration d’Achères, usine Peugeot PSA à Poissy, EADS aux Mureaux, usine Renault à Flins-Aubergenville, cimenterie de Gargenville, raffinerie d’Issou, centrale thermique de Porcheville, aciérie Iton Seine à Bonnières-sur-Seine, ...

Quel enseignement tirer de cette valeur ? Comment valoriser le paysage sur cette base ?

Aujourd’hui, les enjeux les plus forts concernent la partie médiane de la vallée de la Seine, des Mureaux à Mantes : l’hétérogénéité des composantes du paysage (habitat individuel, habitat collectif, activités commerciales, artisanales et industrielles, agriculture) est certes en partie tenue par une généreuse présence arborée, mais l’ensemble gagnerait à un renforcement de l’armature paysagère. De nombreux éléments viennent fragiliser la qualité des ambiances successives : l’urbanisation diffuse sur les coteaux, les lignes électriques, la présence des infrastructures routières ou ferroviaires sur les berges, les zones d’activités situées sans transition en bordure des espaces agricoles.
Ce territoire foisonnant et quelque peu brouillon, mériterait de faire émerger un projet de structuration et de valorisation de l’espace qui puisse permettre d’envisager, de manière coordonnée, la reconquête paysagère et environnementale de la vallée et son développement économique et urbain. Une trame verte structurante alliée à un maillage de circulations douces peut contribuer à cette valorisation.
Les grandes implantations industrielles dégagent une monumentalité dans l’espace mais leurs abords restent encore majoritairement peu avenants. Ainsi on y rencontre murs, barbelés, friches et réseaux électriques aériens envahissants. Leur emprise peut "confisquer" les bords de Seine et leur contournement s’avérer fastidieux. Une réflexion paysagère conduirait à la valorisation d’un véritable paysage industriel de qualité, identitaire de la vallée et une redécouverte du fleuve.